A corps perdu

Sculptures en bas relief

Les pièces présentées s’inscrivent dans une recherche générale intitulée « A corps perdu ».

Ce sont des fragments de corps désincarnés, vidés de toute personnalité, une représentation plus proche du virtuel que du réel.

Elles proposent une réflexion sur le culte que notre société porte au corps mais qu’elle traite comme un objet.

Fragments de corps masculins

@Jacqueline Hock - Sculpture fils métal - Pectoral.jpg

Pectoral

@Jacqueline Hock - Sculpture fils métal - Fesses homme.jpg

Fesses homme

Somagraphies

A l’intérieur de cette thématique, une série de sculptures murales constituent une sorte d’écriture du corps d’où le titre générique inventé spécifiquement.

Le corps fragmenté, désincarné est abordé de manière quasi abstraite

S7 sein cédille

@Jacqueline Hock - Sculpture fils métal - S7 sein cédille.jpg
@Jacqueline Hock - Sculpture fils métal - S11 fesses collines.jpg

S11 fesses collines

S8 sein rosace

@Jacqueline Hock - Sculpture fils métal - S8 sein rosace.jpg
@Jacqueline Hock - Sculpture fils métal - S12 poitrine papillon.jpg

S12 poitrine papillon

S9 soin poire

@Jacqueline Hock - Sculpture fils métal - S9 sein poire.jpg
@Jacqueline Hock - Sculpture fils métal - S13 seins faucilles.jpg

S13 seins faucilles

S10 seins paragraphe

@Jacqueline Hock - Sculpture fils métal - S10 seins paragraphe.jpg
@Jacqueline Hock - Sculpture fils métal - S14 sexe fleur.jpg

S14 sexe fleur

Ces miniatures sont des études en vue d’une transposition à plus grande échelle ; le corps féminin y est réduit à ses parties érotiques exacerbées.
Elles renvoient à un des risques de régression du statut de la femme à travers l’hyper-sexualisation du corps, consentie par les femmes elles-mêmes (vogue des implants mammaires et fessiers etc.) qui, confondant « sexe  sans tabou » et « liberté sexuelle » se conforment aux fantasmes phallocratiques ancestraux.

Vue d'ensemble

@Jacqueline Hock - Sculpture fils métal -  Somagraphie ensemble.jpg